22 septembre 2022

Représentant permanent de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) auprès de l’Organisation des Nations Unies pour Le Qatar est l'un des principaux soutiens de l'organisation

 

New York, le 22 septembre /QNA/  Le représentant  permanent de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), M. Hameed Opeloyeru, a affirmé que les relations entre le Qatar et l'OCI sont très distinguées, et que le Qatar est l'un des plus grands soutiens de l'Organisation.

Son Excellence a déclaré, dans un entretien accordé à (QNA), que le Qatar continue constamment à apporter un soutien généreux aux activités humanitaires entreprises par l’OCI, comme il contribue à trouver des solutions aux défis sociaux et économiques, tout en étant un soutien majeur de la paix et de la sécurité dans les pays de l'OCI, y compris les pays africains.

Et d’ajouter : "J'ai travaillé une dizaine d’années à Djeddah où j'étais sous-secrétaire général aux affaires économiques et j'ai vu de mes propres yeux les contributions fournies par le Qatar… En fait, le Qatar se portait très actif dans le domaine du financement de l'action humanitaire. Je me souviens de m’avoir rendu en Sierra Leone où il y avait un fonds financé par le Qatar pour trouver des solutions aux problèmes humanitaires qui se sont produits à ce moment-là. »

M. Hameed Opeloyeru s'est également réjoui du succès de la médiation qatarie au Tchad, qui a été couronnée par la signature de l'Accord de Doha pour la paix. Il a en outre souligné que c'était une étape bonne et importante vers la réconciliation au Tchad, que l'OCI tenait ces efforts en haute estime. Il a souligné l'importance de Qatar pour poursuivre les efforts de médiation, pour que la paix et la sécurité reviennent au Tchad.

L'OCI espère également que la 77ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies débouchera sur des résultats tangibles. M. Hameed Opeloyeru a cité à cet égard que le point de mire de l'agenda pour cette année sera l’examen des questions et des défis qui préoccupent l’opinion publique mondiale, en signalant que l’Assemblé va essayer d’y apporter des solutions.

Puis, il a ajouté: A l'OCI, nous attendons à ce que les défis affectant nos pays soient discutés, surtout les conflits sévissant dans certains pays de l'OCI. « Nous avons des conflits dans la plupart de nos pays, dont certains se sont survenus avant le COVID, et certains autres se sont produits dans la suite. Nous souffrons également de divers enjeux politiques, sociaux et économiques, outre certains problèmes humanitaires dus en particulier aux conflits politiques sévissant en Afghanistan, en Syrie et à la Libye. 

Quant au rôle de l'OCI dans la résolution de ces problèmes, il a déclaré que l'Organisation avait adopté de nombreuses résolutions à cet égard, dont certaines nécessitent une coopération plus étroite avec les Nations Unies.

Puis, il a ajouté: " Les organisations régionales ont un rôle à jouer dans la Charte des Nations Unies. Il s’agit de s’assurer qu’une solution est recherchée pour de résoudre toutes ces crises pacifiquement, et c'est ce qu'on entend par la prévention des conflits, la gestion des conflits et la résolution des conflits…". Puis, il a précisé que le rôle de l'Observateur permanent de l'OCI auprès des Nations Unies est de s'assurer que toutes les résolutions adoptées au sein de l'OCI seront également discutées lors de la réunion de coordination, qui devra avoir lieu le 22 septembre. L’OCI publiera dans la suite un rapport conjoint qui sera soumis à l'Assemblée générale.

"La plupart de nos problèmes ont trait aux divers conflits actuels, à la sécurité alimentaire, aux enjeux sociaux, et ils seront discutés dans leur globalité au cours de cette session", a-t-il poursuivi.

M. Hameed Opeloyeru a en outre souligné que la cause palestinienne occupe toujours le centre des préoccupations a de l'OCI, déjà depuis sa création,  exprimant sa déception face à l'échec de la mise en œuvre de certaines résolutions de l'Assemblée générale des Nations Unies et du Conseil de sécurité en ce qui concerne la Palestine.

Il a également mis l'accent sur d'autres problèmes liés à la cause palestinienne, tels que la détérioration du niveau de vie des citoyens Palestiniens, les attaques répétées contre les civils, ainsi que la construction de nouvelles colonies illégales et surtout le manque de financement fourni à l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA). "Les Palestiniens sont en fait confrontés à d'énormes défis humanitaires et sécuritaires", a-t-il déclaré.

//A suivre//


X
"Les cookies nous aident à améliorer votre expérience sur le site Web. En utilisant notre site Web, vous autorisez l'utilisation de cookies."
Confirmer